Bien le bonjour/bonsoir !

 

Je m'excuse de ne pas avoir sorti d'articles ces derniers jours, je n'en ai pas eu le temps. En tout cas, je reviens pour vous faire découvrir Player One, un roman d'Ernest Cline qui sera d'ailleurs bientôt adapté au cinéma par Steven Spielberg sous le nom de Ready Player One ! Je ne le savais même pas quand j'ai commencé à le lire, ce fut une bonne surprise.

Enfin bref, commençons par un résumé !

 

En 1049, la surpopulation a mené au manque de ressources et de place pour l'humanité. Nous suivons Wade, un adolescent de dix-sept ans qui, comme beaucoup de monde, passe tout son temps dans l'Oasis, un monde virtuel, une réalité améliorée où l'on peut être et faire à peu près ce que l'on veut. 

Un jour, le multimilliardaire Halliday créateur de ce jeu vidéo parfait meurt en laissant une énigme : qui parviendra à trouver "l’Œuf" qu'il a bien caché aura accès à toute sa fortune. Toute la communauté de l'Oasis se met donc à la recherche de cet item, tandis que les compagnies qui veulent racheter le jeu utilisent tous les moyens possibles pour arriver à leur fin.

 

Comme vous l'aurez sûrement compris, le thème principal du roman est le jeu vidéo, mais aussi et surtout la culture des années quatre-vingt : l'ouvrage regorge de tonnes de références aux musiques, livres, émissions et bien sûr jeux de cette décennie. 

Au départ, le scénario n'a pas l'air bien original, mais au final il ne tourne pas vraiment autour de la fin du monde mais plutôt autour du virtuel et de l'aventure de Wade (alias Pazival), ses quelques rencontres et son parcours pour trouver l'Œuf et empocher la somme, lui qui vit dans la pauvreté et dont l'avatar stagne au niveau un.

En plus, l'histoire ne manque pas de rebondissements et met très bien en scène le monde virtuel (qui se confond presque avec le réel !) et les personnages (bien qu'il n'y en ai pas énormément).  Elle permet aussi de peaufiner sa culture générale à travers l'aventure du héros (qui a une très bonne mémoire, en passant).

Il n'y a pas de moments trop longs, tous les passages du roman ont un certain intérêt et il y a beaucoup de détails concernant l'environnement, on peut donc bien se plonger dans la lecture !

En bref, je vous conseille vivement ce roman. Au cas où vous seriez rebuté.e par la question, la version poche fait environ six cent pages mais elles se lisent très bien. Le scénario n'est pas trèèèès compliqué, donc on peut faire des pauses sans risquer d'être complètement perdu.e à la reprise de la lecture.

 

Voilà, j'espère que vous jetterez un coup d’œil (j'irai voir le film et ferai sûrement un article dessus) et m'en direz des nouvelles !

À plus !

Player One
Player One
Player One
Player One
Retour à l'accueil